Première

Prenons une femme aujourd’hui.
Une femme artiste d’aujourd’hui.
Une femme artiste ambitieuse d’aujourd’hui.
Une femme artiste, mère, fille, soeur, amoureuse, qui travaille.
Bref, une femme de notre temps.
Elle souhaite être la première, la première de sa classe.
Elle veut tout, tout de suite. Elle le mérite, après tout.
Elle veut exceller en tout et n’a pas peur de le dire.
Elle voudrait aussi que ce soit comme la première fois. Comme la toute, toute première fois.

Avec Première, Chloé Déchery s’attelle à un nouveau projet de création qui met en jeu, de façon partagée, avec humour, avec irrévérence, au bord du fil parfois, les questions de l’ambition féminine, des schéma de réussite et de l’invention de soi. 
Pour ce faire, elle développe un travail de recherche scénique qui incorpore des éléments et matériaux empruntés à d’autres champs d’activité – la chanson populaire, le jardinage, le déguisement, la théorie féministe, le code constitutionnel – pour interroger, sur les modes du dépliement et du déploiement, ce qu’une parole prononcée par une artiste femme, sur un plateau, c’est-à-dire une parole publique qui mobilise des imaginaires, décline des identités et tente de se déjouer des assignations, peut engager de soi, grâce au discours performatif, au récit spéculatif et à la puissance transformatrice de la scène.

Le projet, qui se développe au gré d’une série résidences de recherche depuis septembre 2019, se déploie à partir de trois entrées:

  • une performance, intitulée Bardane et moi, qui met en jeu une femme de 40 ans avec une plante verte: la Bardane. La performance imagine et déploie, sur scène, différentes figures féminines d’invention de soi (la petite fille, l’Amazone, l’oratrice politique, la mère, la magicienne) – pour convoquer et faire advenir des formes d’existence où la mise en partage, l’interdépendance et la symbiose parasitaire peuvent prévaloir sur le destin individuel et les schémas de réussite normés. En inventant des figures spéculatives et alternatives de soi, ce sont aussi des formes communautaires d’existence que l’on imagine; communautés temporaires et fragiles, mais aussi solidaires, amoureuses, traversées par des élans de tendresse et des gestes de soin.
  • une conférence performée, intitulée Créer sous d’autres noms que le sien, et consacrée à la pratique de l’hétéronymie, soit le fait d’écrire sous un autre nom que le sien. Cette forme, entre la conférence savante et la performance, se propose d’explorer la construction de l’identité professionnelle en art à partir des question du nom et de la réputation. Qu’est-ce que cela signifie quand une artiste femme signe pour un.e autre (auteur.trice fantôme ou « nègre »), prend le nom d’un.e autre (« pseudonyme »), se fait passer pour quelqu’un d’autre (« hétéronyme ») ou décide de disparaître entièrement du champ public (« anonyme »)?
  • un film d’entretiens avec des artistes femmes senior qui constituera une ressource et une histoire orale des généalogies, trajectoires d’influence et relations solidaires qui peuvent se dessiner entre des générations d’artistes femmes.

L’une de premières hypothèses de ce travail multi-disciplinaire (théâtre, performance, danse, création sonore, vidéo) postule la puissance émancipatrice et ludique de l’invention de soi à travers les figures de l’alter ego (mythifié et/ou abject). En examinant les schémas de représentation liés à l’excellence et au succès, il sera question de s’interroger sur la « fama » (le nom, la réputation) tout autant que sur l’ «in-fame» (l’anonymat, l’obscurité).

Entre 2019 et 2021, le projet a été accueilli en résidences de recherche et de création au Studio-théâtre de Vitry, au Centre National de la danse, au 104, au pad-Cie Nathalie Béasse à Angers et à Critical Path à Sydney en Australie.


– ENGLISH VERSION –

« Première » is:

  • a one-woman play (in dialogue with a plant)
  • a lecture-performance about alter ego in a matrimonial history of art
  • a film of interviews with senior female artists.

In French, “Première” means the opening night.
It also designates the woman who is the first one; the woman who excels at what she does.

////

Let us picture a woman in today’s world.
A woman who happens to be an artist in today’s world.
An ambitious female artist in today’s world.
A woman who happens to be an artist, a working mother, a daughter, a sister, a colleague, a lover, a friend.
Let’s call her a woman of our times.
She wants to be the very first, the first one.
She wants to enter into the light; make an entrance that counts; she wants to shine.
She wants it all and she wants it all now. She deserves it, after all.
She wants to excel in everything and is not afraid of saying so.
She also wishes it could be like the first time, the very first time.

With Première, Chloé Déchery is developing a new performance project that seeks out to articulate questions around female ambition, authorship, success/failure and the reinvention of the self through performative speech and speculative fiction.

One of the first hypothesises of the work is to invest in the emancipatory and playful potential of the alter ego, either searching for aggrandizing, mythological figures of the self or seeking to explore abject and infamous alter egos. In the word “infamous” lies the latin root “fama”, that is the « name » that brings the reputation, the recognition, the fame. We will look at what happens when we renounce both our names and our reputation.

For this project, Chloé Déchery is developing performance work that borrows from other fields and activities ranging from popular music, fancy dressing-up,  gardening, feminist theory, law texts to the format of the academic conference or the professional TV interview. She seeks to interrogate how discourses and gestures delivered by a female artist can emerge and take place on stage, that is how words and actions can take place in the public sphere, informing new imageries, declining plural and contradictory identities, beyond dualist attributions, and therefore questioning, with lightheartedness and humor, issues revolving around female ambition, creativity and the joy of failure.

For this project, Chloé Déchery is collaborating with Charlotte Couturier, performance and musical artist, vocal coach; Raphaëlle Doyon, lecturer in theatre studies at Paris 8 university, expert in theatre and gender studies; Deborah Pearson, writer, playwright, performer and dramaturge and Benoît Verjat, graphic designer and scenographer.

The project is developed with the support of Studio-théâtre de Vitry, the 104 and Critical Path, in Sydney, Australia.

Crédits

Un projet de Chloé Déchery
Interprété par Chloé Déchery
En collaboration avec:
Raphaëlle Doyon, collaboration artistique et scientifique
Charlotte Couturier, accompagnement vocal et collaboration artistique
Deborah Pearson, aide à la dramaturgie
Matthieu Canaguier, création sonore
Alix Boillot, scénographie
Anna Rinzo, création costumes
Une production Moustache – avec l’accompagnement de Teresa Gentile
Avec le soutien du Studio-théâtre de Vitry, du 104, du Centre National de la Danse et de Critical Path à Sydney, Australie. Financé par Eur ArTeC.

Further information

For further information, including tech requirements and sample press releases, please contact Chloé on chloe@chloedechery.com